Lettre trimestrielle: Obligations ‹‹Value ›› T1 2013

19.04.2013
Il est toujours vrai qu’il est impossible de lutter contre la FED. La méthode de l’assouplissement quantitatif a fonctionné et nous entrevoyons de plus en plus de signes indiquant que la reprise timide qui a été amorcée semble se consolider.
Les prix de l’immobilier sont plutôt fermes, les chiffres de l’emploi sont encourageants et les marchés financiers américains semblent bien orientés. Le sentiment de richesse se répand dans les foyers américains et la consommation soutient la reprise. Même le « mur fiscal » est perçu comme une « séquestration » moins menaçante, avec des coupes budgétaires pour certaines catégories de dépenses fédérales. La « séquestration » a pris effet fin mars et pourrait représenter un revers de situation à court terme. Mais la politique générale consistant à adopter un comportement attentiste est sensible. Un resserrement agressif du crédit ne serait pas conseillé avant que la croissance ne s’installe durablement. Mais c’est justement une croissance durable que nous anticipons pour le second semestre de 2013, aux Etats-Unis et dans le reste du monde, à l’exception de l’Europe.